Après la pluie, les arcs-en-ciel : l'histoire de la Fierté

bâtiment en briques avec des drapeaux de la fierté arc-en-ciel suspendus à toutes les fenêtres
Juin est le Mois de la Fierté, et même si nous voyons maintenant des arcs-en-ciel et des parades et entendons des messages d'amour et d'acceptation, les événements récents ciblant des communautés particulières au Canada et aux États-Unis nous rappellent que certaines personnes, simplement à cause de ce qu'elles sont, continuent d'être traitées injustement, d'être discriminées, et même d'être tuées. C'est le cas de la communauté LGBTQ2S+. La réalité est que les célébrations entourant la Fierté que vous voyez aujourd'hui ont commencé en tant que manifestation pour dénoncer le même traitement injuste. 

« Le mouvement de la Fierté a commencé le 28 juin 1969, au Stonewall Inn dans la ville de New York. À l'époque, les policiers effectuaient souvent des descentes dans les bars homosexuels parce que l'homosexualité était illégale, et durant ces descentes, les employés et les clients étaient arrêtés, explique Steph Hansen, analyste, Processus commerciaux et présidente de Prisme, le réseau d'inclusion de Suncor à l'appui des employés de la communauté LGBTQ2S+. Un soir, les membres de la communauté LGBTQ2S+ de New York qui se trouvaient au Stonewall ont riposté, ce qui a provoqué une émeute ». 
Marsha P. Johnson, femme noire transgenre et activiste pour les droits de la communauté LGBTQ2S+, a résisté à son arrestation et a lancé le premier objet qu'elle avait en main aux policiers. Elle et d'autres personnes étaient des figures emblématiques de la communauté noire qui ont influencé le mouvement LGBTQ2S+, et les deux communautés sont imbriquées depuis cette riposte à une autre descente discriminatoire. 
Durant les années 50 et 60, tant les personnes noires que les personnes LGBTQ2S+ ont vécu des victoires et des défaites. C'était une période volatile pour les Noirs, qui faisaient face à la ségrégation, et au début des années 50, l'homosexualité était considérée comme une maladie mentale. 

Un an exactement après ces émeutes, le dernier samedi de juin, une parade a été organisée, commençant au Stonewall Inn et se terminant à Central Park. Quelques milliers de personnes ont participé à l'événement, à l'origine surnommé le Jour de la libération de Christopher Street en l'honneur du lieu d'origine, le Stonewall. Des organisations locales ont continué de soutenir et d'élargir le mouvement au fil des ans; aujourd'hui, le Mois de la Fierté est connu à l'échelle internationale et rassemble des millions de personnes partout dans le monde pour célébrer la communauté LGBTQ2S+.

Souligner le Mois de la Fierté et apprendre son histoire aident à accroître notre sensibilisation aux difficultés, à l'inégalité, au harcèlement, à la violence et à la discrimination auxquels fait face la communauté LGBTQ2S+ depuis des décennies, et auxquels elle continue d'être confrontée. « En reconnaissant la Fierté, nous continuons de créer un milieu de travail sécuritaire sur le plan psychologique pour que chaque personne se sente à l'aise d'être elle-même au travail, souligne Ken Saunders, vice-président, Ingénierie et géoscience et représentant de la direction du réseau Prisme. Il est émotivement éprouvant de devoir cacher des parties de notre identité pour éviter d'être harcelé ou de faire l'objet de préjugés, d'exclusion ou de discrimination. Il s'agit toujours de la réalité quotidienne de beaucoup de personnes dans notre société et à Suncor. Notre collaboration pour créer une culture plus inclusive aidera les gens à être réellement eux-mêmes. Imaginez à quel point nous serons forts lorsque tous les employés pourront consacrer leur énergie à la réalisation d'un travail sécuritaire et efficace, au lieu de la gaspiller à cacher des aspects d'eux-mêmes ». 

Des résultats clés publiés par Catalyst démontrent que les personnes qui sont sur leurs gardes sont plus susceptibles de vouloir quitter l'entreprise, et c'est à ce moment que nous perdons l'occasion de résoudre le problème et d'atténuer les risques de façon novatrice, efficace et créative, et de former des équipes plus performantes. 

Les difficultés que subit la communauté LGBTQ2S+ demeurent, et il s'agit d'un rappel pour chacun de nous à Suncor de continuer de respecter les autres, de se soucier d'eux et d'apprendre davantage à les connaître. Et que nous sommes plus forts ensemble lorsque « ensemble » inclut tout le monde.