Black Lives Matter : l'histoire de Dennis

Même si nous continuons à faire face à l'incertitude – d'une pandémie mondiale prolongée et de l'instabilité économique à un appel et un mouvement continus pour les droits civils et l'égalité – nous avons également une occasion de réflexion. À Suncor, c'est une période de transformation et un appel nous enjoignant de nous rassembler pour être différents, être meilleurs et faire mieux. 

En 2020, nous avons annoncé notre soutien au mouvement Black Lives Matter, ainsi que notre intention de faire mieux. Nous prenons cela au sérieux et dans le cadre de notre engagement à long terme d'écouter, de comprendre et d'apprendre, nous avons tenu des conversations à propos du racisme et de la discrimination à l'échelle de l'entreprise, et nous avons écouté nos propres employés parler de leurs expériences. 

Ce mois-ci nous célébrons le Mois de l'histoire des Noirs. Il s'agit d'une occasion de rendre hommage à l'héritage de la communauté noire, d'en apprendre davantage sur l'histoire des Noirs, et de réfléchir aux injustices qui continuent de survenir et au rôle que nous devons tous jouer pour mettre fin au racisme et à la discrimination. 

Cette histoire est celle de Dennis Banks, le v.-p. de notre raffinerie d'Edmonton qui revient sur son expérience en tant qu'homme noir originaire des États-Unis.  

Lorsque je fais le point sur les événements qui ont eu lieu dans ma vie, je me rappelle que mes parents m'ont raconté l'histoire d'Emmett Till et m'ont expliqué comment nous étions censés agir et nous comporter, à un très jeune âge, autour des Blancs pour ne pas subir le même sort.  « Éduquez-vous et ne vous laissez pas atteindre. Visez l'excellence dans tout ce que vous faites, » disaient-ils. Puisque j'étais l'aîné de mes six frères et sœurs, ils voulaient que je sois le premier diplômé universitaire de ma génération, et que je sois fier de tenir un diplôme d'une université à l'extrême sud du pays qui avait eu son premier diplômé de premier cycle noir à peine 40 ans plus tôt. Et j'étais vraiment fier.
 
Oui, je suis un homme noir éduqué qui ne s'est pas laissé atteindre par les stéréotypes, les qualificatifs injurieux, le harcèlement et le racisme flagrant pour obtenir un minimum de respect et, j'ose dire, de pouvoir - malgré tout cela, je me fais encore traiter de n***** dans certains milieux. Oui - à ce jour et quoi qu'il arrive - à la fin de la journée, les gens me jugent encore selon la couleur de ma peau et non selon mon caractère, et il semble que ceux qui détiennent le pouvoir et les privilèges restent des témoins passifs. 
 
Plusieurs ont le sentiment que les meurtres et destructions sont sans précédent. Mais c'est faux. Je suis désolé de vous apprendre que c'est totalement faux. Chaque trace de vie américaine porte l'ombre des violences raciales et des injustices - des chasseurs d'esclaves qui représentaient certaines des premières forces policières américaines; au terrorisme domestique qui a interdit aux Noirs de voter pendant un siècle après que l'esclavage soit aboli; aux exclusions économiques du 20e siècle qui ont conjointement empêché les Noirs d'accéder à la classe moyenne; à l'ère actuelle d'incarcération de masse raciale, qui cible et détruit les familles à la peau noire et brune depuis trois générations. 
 
Bien que les meurtres survenus en 2020 soient tristes, la vérité est qu'il y en a eu des milliers.  
 
Je demande à tout le monde de prendre 8 minutes et 46 secondes —le temps qu'il a fallu à George Floyd pour mourir - pour faire le point, chercher à comprendre et trouver un moyen de participer et de provoquer des changements positifs. Veuillez essayer de comprendre la douleur, de respecter la lutte et d’entendre les pleurs. 
 
Oui, il est temps que les choses changent, et cela ne sera possible que grâce à l'éducation, à la compréhension et à la responsabilisation des uns et des autres pour mieux agir. Ça va aller, mais je ne peux pas respirer; nous attendons ce moment depuis longtemps, mais je sais qu'un changement est à l'horizon. 

- Dennis 

Nous remercions Dennis et plusieurs autres pour leur vulnérabilité et leur volonté d'intervenir pour prendre la parole. Ensemble, nous ferons mieux. Nous nous engageons à continuer d'écouter, de comprendre, d'apprendre, de grandir et de nous soutenir les uns les autres. Nous sommes plus forts ensemble.