La réconciliation est un parcours

Une femme crie se prépare à participer à une cérémonie de purification traditionnelle. Elle est assise à une table et tient une branche de sauge. Elle est entourée d'autres médicaments et objets traditionnels, comme des plumes.

Imaginez regarder de vieux westerns à la télévision et découvrir que vous êtes différent du reste des enfants de votre quartier, et que vous ressemblez davantage aux personnages avec de longs cheveux foncés qu'à vos camarades de classe. 

C'est ce qu'a vécu Velma Jelly pendant son enfance. La coordonnatrice, Apprentis à l'usine de base de Suncor travaille à l'installation depuis 27 ans. 
Depuis son enfance, Velma en a appris beaucoup sur sa culture crie; elle sait maintenant pourquoi elle ne ressemble pas aux autres, mais surtout, elle accueille pleinement cette différence.  

« Plus j'en apprends sur ma culture, mes traditions et ma spiritualité, plus je me sens complète, » explique Velma.
Velma est tellement ancrée dans la culture et l'histoire autochtones qu'elle a aidé à façonner le Parcours vers la réconciliation de Suncor, qui remplace l'objectif social créé en 2015.

Malgré le fait que certaines de nos relations avec des Autochtones datent de plusieurs décennies, l'objectif social était le premier objectif à long terme de Suncor qui était axé sur les relations avec les Autochtones. 

Lorsqu'il a été créé, l'intention était de modifier l'approche à mesure que l'objectif évoluait. En 2019, l'équipe a commencé à faire le point sur la progression de l'objectif, et après consultation avec des employés, des communautés autochtones et des organismes partenaires, il était clair que le mot « objectif » n'était pas tout à fait adéquat – il impliquait que le travail de renforcement des relations avait une fin définie au lieu de s'inscrire dans un parcours continu.

« Nous avons travaillé avec des employés autochtones et non autochtones pour recueillir de la rétraction sur l'objectif social de tous les niveaux de l'entreprise, ainsi qu'avec des communautés et partenaires autochtones, » indique Marie-Beth Cay, conseillère principale au sein de l'équipe Relations avec les collectivités et les

Autochtones de Suncor, qui a mené les travaux du Parcours vers la réconciliation.

La création de l'objectif social en 2015 coïncidait avec la publication du rapport de vérité et réconciliation par la Commission de vérité et réconciliation du Canada. Le rapport établit 94 appels à l'action; un d'entre eux demande aux sociétés canadiennes de jouer un rôle dans la réconciliation.  

Selon Marie-Beth, prendre un engagement envers la réconciliation, en tant qu'entreprise et en tant que personne canadienne, est la « bonne chose à faire ». 

« Alors que je participais aux travaux du Parcours vers la réconciliation, j'ai pris le temps de comprendre ce que signifie la réconciliation pour les Autochtones, dit Marie-Beth. J'ai appris qu'il s'agit de reconnaître la vérité et le mal causé par la colonisation. Et un élément crucial est de prendre des mesures pour guérir les relations. Sans action ni changement, nos projets pourraient se heurter à des retards et de la résistance ».

Quelles sont les nouveautés?
En plus du changement de nom, le Parcours vers la réconciliation comprend des mises à jour aux secteurs prioritaires et le partage des apprentissages au moyen de la narration et de mesures quantitatives, comme l'établissement de rapports sur les dépenses auprès des entreprises autochtones de Suncor, qui se chiffraient à plus de 900 millions $ en 2020. 

En mélangeant la science sociale des mesures et la narration traditionnelle, le Parcours vers la réconciliation dressera un portrait de notre progression relativement à notre façon de penser et d'agir afin d'inspirer un sentiment de confiance et de respect mutuels entre nous et les Autochtones, ce qui est l'essence du Parcours vers la réconciliation. 

Le Parcours vers la réconciliation de Suncor contient quatre secteurs prioritaires, illustrés dans une roue médicinale avec la couleur blanche, jaune, rouge et bleue. La phrase « Nous faisons évoluer notre façon de penser et d'agir afin d'inspirer un sentiment de confiance et de respect mutuels entre nous et les Autochtones » se trouve au centre.

Passer à l'action
À l'occasion du Mois national de l’histoire autochtone en juin, nous organiserons des événements et des activités qui célèbrent l'histoire et la culture autochtones. Des ressources vous sont également offertes pendant l'année, comme la formation sur la sensibilisation aux Autochtones, qui donne la chance d'en apprendre davantage sur l'histoire et la culture autochtones. 

Que votre parcours vers la réconciliation débute dès maintenant, ou qu'il soit entamé depuis des années, il y a toujours une mesure à prendre.  

« J'apprends toujours; voilà où j'en suis sur mon parcours, indique Velma. J'apprends avec les gens et je sais que je suis censée faire ce travail – mon travail est de fournir de l'information et d'aider les gens. »

 

Afin de rendre hommage aux 215 enfants dont les restes ont été découverts à un ancien pensionnat autochtone à Kamloops, en Colombie-Britannique, sur le territoire de la Première Nation Tk’emlúps te Secwépemc, et en soutien aux employés et communautés autochtones, les drapeaux seront mis en berne pendant 215 heures à compter du 31 mai à nos installations.