Le combat de sa vie contre la COVID-19 : l'histoire de Jason

Jason Sinclair marchant à l'extérieur avec un chien noir qui le suit

Jason Sinclair faisait tout ce qu'il fallait lorsqu'il a été testé positif à la COVID-19 en avril. Le superviseur de quart de jour dans le groupe Valorisation de Suncor portait avec diligence son masque, gardait ses distances et suivait les directives de la santé publique. 

Donc, cela lui a coupé le souffle, au sens figuré et littéralement, quand il a appris le résultat de son test. Quelques jours plus tard, son état a pris un sérieux tournant par rapport aux premiers symptômes bénins qu'il ressentait. 

« J'étais allongé dans mon lit, et un jour, je ne pouvais tout simplement pas bouger et respirer, et j'ai appelé le 911 », affirme Jason. En raison d’une pénurie de lits à l’unité de soins intensifs du centre de santé régional Northern Lights de Fort McMurray, Jason a passé deux jours dans la salle d'urgence avec un appareil CPAP.

L'homme de 46 ans dit qu'il n'a jamais été aussi malade. Au total, il a été hospitalisé pendant neuf jours, le tout sur divers appareils d'assistance respiratoire. 

J'ai essayé de sortir de cet hôpital tant de fois, mais ils ne m'ont pas laissé faire », dit-il en riant. 

Jason Sinclair allongé sur un lit d'hôpital avec un masque à oxygène attaché aux machines de l'hôpital

Le rétablissement a été long. Même s'il est sorti de l'hôpital depuis près d'un mois, il n'a toujours pas été autorisé par son médecin à retourner au travail et continue de ressentir certains des symptômes les plus notoires de la COVID-19. Vous pouvez même l'entendre dans sa voix rocailleuse au téléphone.

« Mon sens du goût revient tout juste. Lors de mon premier jour de retour de l'hôpital, quelqu'un m'a apporté une grosse côte de bœuf. Je l'ai mise sur le barbecue et je n'ai même pas pu la goûter. »

Il ne sera pas non plus admissible au vaccin contre la COVID-19 pendant plusieurs mois, car il est toujours immunodéprimé. C’est pourquoi il est convaincu de l’importance de suivre les protocoles et souhaite voir chacun faire sa part pour assurer la sécurité des autres. 

« Quand j'étais encore au travail, il y avait des gens qui ne voulaient pas porter leur masque. Cela me dérangeait. J'ai dit à l'un d'eux : "vous savez que le masque n'est pas seulement pour vous, il est également pour les autres". » 

Jason, un employé de Suncor depuis 23 ans, n'hésite pas à dénoncer un comportement dangereux, mais espère qu'à son retour, ses collègues suivront tous les protocoles.

« J'aurais des discussions avec les gens sur le port d'un masque. Je pense que maintenant, si je leur demande de mettre un masque, ils mettront simplement leur masque parce qu’ils savent que je suis passé par là. Je viens tout juste de me remettre de ce qui était presque un combat pour ma vie. »

Il est reconnaissant que ses enfants adolescents n’aient pas contracté le virus, et à ce jour, il est toujours « époustouflé » d’avoir été testé positif et de ne pas savoir où il a pu être infecté. Il espère pouvoir se sentir à nouveau lui-même bientôt.

« J’emmène mon chien en promenade et dès que j’atteins une colline, c'est la fin. Je n’ai pas l’énergie nécessaire pour gravir des collines. Je perds encore mon souffle, dit-il. Tout le monde pense que tu vas bien une fois que tu sors de l'hôpital, mais je ne vais pas encore bien. »