Voir la capacité dans l'incapacité

Steven soulève son autre jambe gauche à la fine pointe de la technologie. Elle est équipée de la technologie Bluetooth, d'un gyroscope pour savoir où il se trouve en temps réel, d'un accéléromètre pour suivre sa démarche et de caractéristiques de sécurité comme un mode anti-trébuchement pour l'aider à éviter les chutes.

Trop souvent, nous sommes incapables de voir une autre personne pour ce qu'elle est vraiment en raison de filtres sociaux préconçus et de préjugés inconscients. C'est l'obstacle auquel se heurtent souvent les gens avec des handicaps. Aujourd'hui est la Journée internationale des personnes handicapées, un moment opportun pour réfléchir à cette situation et au fait que plus d’un milliard de personnes de la population mondiale présentent une forme ou une autre de handicap.

Cependant, d'importants progrès sont réalisés en ce qui a trait aux accommodements et changements d'attitude. Une partie de l'évolution consiste à réaliser et comprendre que les personnes qui ont des handicaps sont handicapables.

Quelques mois seulement après avoir commencé son emploi à Suncor, Steven Jeffrey, directeur de l'apprentissage, Installations fixes et in situ de l'usine de base a été victime d'un crime près de son domicile lors duquel il a été écrasé entre deux voitures. Il a perdu sa jambe gauche à partir du dessus du genou sur les lieux de l'accident et, après avoir subi un coma induit et des mois de réadaptation, il est revenu au travail cinq mois plus tard avec une jambe artificielle. Mais ce n'était pas la fin des changements. 

« Cela faisait 18 mois que j'étais de retour au travail lorsque les choses ont à nouveau changé. Mon médecin m'a soumis à une restriction permanente m'empêchant de marcher sur le sol inégal autour de l'usine. Ces visites des installations sont un élément important de mon travail et je devais maintenant faire face à une incertitude quant à ma carrière à Suncor. » 

Steven devait divulguer cette restriction à son superviseur et il était évidemment inquiet des répercussions sur son travail. « C'est un dilemme auquel les personnes ayant des handicaps font face chaque jour – serai-je relégué à un endroit “sécuritaire”? Un endroit où on m'affectera à des tâches différentes et où je n'aurai aucune possibilité d'avancement? », mentionne Steven. 

Son appréhension a été de courte durée. « J’ai eu une conversation incroyablement solidaire et productive avec mon directeur, se souvient-il. Nous avons mis l'accent sur ce que je pouvais faire. Cela m'a permis de passer à un nouveau poste dans un environnement sécuritaire et contrôlé, tout en permettant ma croissance à Suncor. » Physiquement et professionnellement, il n'y avait pas d'obstacles pour l'empêcher d'avancer. 

Steven redonne en aidant les autres à voir la capacité dans l'incapacité. Lui, Christine Godby, spécialiste en approvisionnement, Stratégie et services d'exploitation et d'autres personnes sont aux premiers stades de l'établissement d'une communauté pour les employés de Suncor appelée Personnes handicapées. « Nous avons tenu notre première rencontre virtuelle le 24 novembre. Des personnes qui s'identifient comme ayant un handicap se sont réunies simplement pour discuter et partager des histoires, et nous avons commencé à proposer des idées sur la façon de créer un milieu de travail plus inclusif et solidaire pour nos collègues ayant des handicaps.   

Nous devons devenir à l'aise d'avoir des discussions franches avec nos leaders et de divulguer notre réalité. Bien sûr, cela dépend des personnes. C'est pourquoi nous sommes là pour aider à établir ce sentiment d'aise et les aider dans leur parcours », dit Steven. 

Hayley en compagnie de son grand frère Ross.
Hayley en compagnie de son grand frère Ross.

Pour Hayley Kenyon, ingénieure minière à Fort Hills, son grand frère Ross a toujours semblé un peu différent aux yeux de la plupart des gens. Né avec le syndrome de Down, Ross excelle dans l'art de se faire des amis. C'est un expert des mots d'esprit qui aime débiter des informations étonnantes sur les sports, et un membre important de sa famille. Avoir un frère comme Ross a fait une différence dans sa compréhension et son acceptation globales des personnes ayant des capacités différentes.

« Lorsque nous étions jeunes, les gens – et quand je dis gens, je pense principalement aux enfants – nous fixaient et cela me rendait mal à l'aise, parce que Ross est seulement mon grand frère, raconte Hayley. Je pensais souvent : comment serait-il s'il n'avait pas le syndrome de Down? Mais en grandissant, cette perspective a changé parce que je sais à quel point il est formidable et combien j'ai de la chance d'être sa sœur. »

Lorsque des collègues soutiennent un enfant ou un parent qui a un handicap ou qui se trouve à l'hôpital, Hayley a plus d'empathie envers eux en raison de son expérience avec Ross. Comme Hayley le fait remarquer, il est important pour les personnes de savoir que souvent, vos collègues peuvent avoir des liens avec des amis ou des membres de leur famille qui ne sont pas toujours inclus dans la société. Nous devons abolir les préjugés pour les personnes qui sont handicapables. 

« Je souhaite que les gens ouvrent la porte et aient une conversation ancrée dans un désir d'apprentissage et de croissance », dit Hayley.

Faits et chiffres 

  • Plus d’un milliard de personnes, c’est-à-dire environ 15 % de la population mondiale, présentent une forme ou une autre de handicap.
  • Plus de 100 millions des personnes handicapées sont des enfants.
  • Les enfants handicapés sont près de quatre fois plus à risque de subir de la violence que les enfants non handicapés.
  • 450 millions de personnes souffrent de troubles mentaux ou neurologiques.
  • 80 % des personnes handicapées vivent dans des pays en développement.
  • 50 % des personnes handicapées n'ont pas les moyens de s'offrir des soins de santé.

    Source : Les Nations Unies