Visages de Suncor

Nous partageons des histoires sur nos employés et le travail intéressant qu'ils effectuent. Consultez cette édition des Visages de Suncor : Kirk McClain et Iftikhar Huq.

Kirk McClain

Photo de Kirk McClain

La formation a fait beaucoup de chemin dans notre industrie grâce à des innovateurs comme Kirk McClain. Chargés du développement de la formation pour nos opérateurs de pelles, Kirk et son équipe avaient besoin d'une solution qui ne nécessitait pas l’utilisation de pelles pendant la formation des nouvelles recrues, mais qui offrirait quand même à ces dernières toute l'expérience de travailler avec l'équipement. « Fort Hills n'a que cinq pelles, alors en retirer une de la production pour faire de la formation pratique a d’énormes répercussions et c’est aussi très coûteux », explique Kirk.

Pour cette raison, la formation avait généralement lieu pendant les périodes d'arrêt avant le quart de travail, ou pendant l’heure du dîner. Et cela faisait en sorte que certains stagiaires se sentaient pressés pendant leur formation. Alors, quand Kirk et son équipe ont été approchés par un fournisseur lui suggérant d'utiliser des lunettes Oculus et un contrôleur de poche au lieu d'une pelle, tout le monde s’est mis à en parler. « Les participants sont vraiment excités à l’idée de suivre la formation, dit Kirk, qui a commencé sa carrière en tant que professeur de mathématiques et de sciences au secondaire avant de devenir opérateur d'équipement à Suncor. C'est amusant et efficace et nous constatons une grande amélioration dans la compréhension que les gens ont de l'équipement avant même de s'asseoir sur le siège. »

Maintenant, Kirk tire parti de ses compétences pour diriger et coordonner les initiatives de formation à la mine, qui, reconnaît-il, est devenue l'un des secteurs les plus technologiquement avancés dans l'entreprise avec des drones, de l'imagerie numérique, de la réalité virtuelle et augmentée. » Le principal avantage, selon ce vétéran de l’industrie, est que la formation procure un environnement sécuritaire pour apprendre. Par exemple, un électricien peut s’exercer à effectuer une procédure de réparation sans qu’un permis soit nécessaire et sans que des quotas de production ne précipitent son apprentissage.

Le programme de formation peut être interrompu ou démarré à tout moment et il est possible d’alterner entre les modes d'exploration, d'enseignement et d'évaluation.

« Nos enfants utilisent déjà ce type de technologie dans leurs jeux électroniques, dit Kirk. Mais il y a tellement d’autres façons ingénieuses de l'appliquer et de libérer son potentiel. »

Iftikhar Huq

Photo de Iftikhar Huq

Iftikhar et son équipe espèrent transformer l'exploitation minière et l'extraction des sables pétrolifères en utilisant des solvants hydrocarburés (au lieu d’eau chaude) pour extraire le bitume et éliminer les résidus humides. C'est ce qu'on appelle l'extraction non aqueuse (ENA), un processus qui pourrait réduire considérablement nos coûts d'exploitation et notre empreinte opérationnelle tout en faisant progresser la remise en état des sites miniers.

« Ce projet ne ressemble à rien de ce que nous avons déjà fait », affirme M. Iftikhar, qui a commencé sa carrière à Suncor en 2013 et qui possède plus de 15 ans d'expérience dans l'optimisation de systèmes, y compris les processus de valorisation et de raffinage du bitume, la planification de la production, le développement de technologies liées à l'énergie propre et la stratégie de réduction des gaz à effet de serre.

Les approches traditionnelles pour faire progresser les nouvelles technologies prennent généralement des années, mais l'équipe de Iftikhar, y compris les employés et les entrepreneurs de Suncor, a déjà amené plusieurs versions de l’ENA jusqu’à l'étape des essais en moins de six mois.

Les méthodes d'extraction à base de solvant ne sont pas nouvelles; en fait, des solvants similaires sont utilisés en agriculture depuis des années pour enlever l'huile des plants de canola après la récolte. Et d'autres producteurs de sables pétrolifères mettent au point des technologies similaires, ce qui pourrait mener à d'éventuelles possibilités de collaboration.

« Le défi consiste à faire fonctionner la technologie à une échelle commerciale afin qu'elle puisse être utilisée de façon sécuritaire et fiable compte tenu de la grande quantité de sables pétrolifères que nous traitons », explique M. Iftikhar.

C'est là que son travail devient vraiment intéressant. Pour développer des technologies comme l’ENA, Iftikhar et son équipe utilisent les technologies numériques émergentes, comme l'impression 3D, pour construire des prototypes qui accélèrent le projet et réduisent le temps entre le développement et les tests. Ils développent également des jumeaux numériques (modèles virtuels) pour accélérer le développement et utiliseront ultérieurement la réalité virtuelle et des éléments de réalité augmentée pour soutenir la formation des opérateurs une fois la technologie prête pour le démarrage et la mise en service sur le terrain.

« Nous nous attendons à poursuivre la progression rapide du projet en modélisant d'autres initiatives de développement technologique après celle-ci. Cela pourrait raccourcir les cycles de déploiement à moins de 10 ans par rapport aux 20 à 30 que l’on voit généralement, dit-il. C'est excitant. Le processus de développement technologique est divertissant, enrichissant et il mène l'innovation encore plus loin.