Ententes de partenariat et ententes à long terme avec des Autochtones

Poignée de main entre le Chef Boucher de la Première nation de Fort McKay et Mark Little, président et chef de la direction de Suncor.

Nous devons commencer à bâtir des relations ouvertes et honnêtes pour comprendre nos intérêts communs et la façon dont nous pouvons créer des partenariats afin de profiter d'avantages mutuels. Une participation constructive repose sur la capacité de comprendre les résultats escomptés, les forces et les limites de chacune des parties.

L'établissement de partenariats avec des entreprises et des communautés autochtones fait partie de notre Parcours vers la réconciliation. Nous utilisons deux façons de faire : par l’entremise d'ententes de partenariats et d'ententes à long terme.

Ententes de partenariat avec des Autochtones

La conclusion d'ententes de partenariat est l'une des façons qui nous permettent d'établir des relations à long terme avec des communautés autochtones. Elles témoignent d'une évolution positive de nos relations et de nouvelles façons de collaborer avec les communautés.

Thebacha logo

Partenariat Thebacha

En 2017, la Première Nation de Fort McKay et la Première Nation crie Mikisew ont acquis une participation de 49 % dans le projet d’agrandissement du Parc de stockage Est de Suncor. Cet accord, appelé Thebacha – le mot déné pour « rivière » – représente le plus important investissement commercial à ce jour d'une communauté des Premières Nations au Canada. Le projet d’agrandissement du Parc de stockage Est est une installation de stockage, de mélange et de refroidissement de bitume et de diluant située à environ 30 kilomètres au nord de Fort McMurray, en Alberta, à proximité de l'usine de base de Suncor.

L'entente repose sur des décennies d'engagement communautaire, de consultations réglementaires et de partenariats commerciaux entre Suncor et des groupes autochtones, tous engagés dans le développement responsable des ressources, et assurera des revenus à la Première Nation de Fort McKay et à la Première Nation crie Mikisew pendant au moins 25 ans.

Astisy logo

Partenariat Astisiy

Lancé en 2021, le partenariat Astisiy fournira des revenus aux communautés autochtones ainsi que les avantages d'un solide partenariat pour tous. Astisiy, mot cri qui signifie « fil de babiche », réunit trois communautés des Premières Nations (Première Nation Athabasca Chipewyan, Première Nation de Chipewyan Prairie et Première Nation 468 de Fort McMurray) et cinq communautés métisses (Association locale 193 des Métis de Conklin, Association locale 125 des Métis de Fort Chipewyan, Nation métisse de Fort McKay, Métis de McMurray et Nation métisse de Willow Lake) et Suncor dans un partenariat dans le but d’acheter l'ensemble de la participation de 15 % de TC Energy dans Northern Courier Pipeline (NCP).

Le pipeline de NCP transporte du bitume et du diluant entre diverses installations situées à Fort McMurray.

Ce partenariat est unique en son genre, car il inclut non seulement plusieurs Premières Nations, mais aussi des communautés métisses. Il n'y a pas d'autres ententes de partenariat dans le secteur pétrolier et gazier au Canada qui inclut des communautés métisses.

PetroNor

En 2017, Suncor a fait l'acquisition d'une participation de 41 % dans PetroNor, un distributeur de produits pétroliers dans les régions de la baie James et de l’Abitibi-Témiscamingue au Québec. PetroNor, qui est détenue et exploitée par les Cris de la baie James, est aussi connue pour le nom de Eeyou Istchee, ce qui signifie « la terre des gens ». PetroNor dessert des clients des secteurs commercial, industriel, aérien, minier et résidentiel.

Ententes à long terme

Depuis 2016, nous avons signé des ententes à long terme avec plusieurs Premières Nations et communautés métisses dans la municipalité régionale de Wood Buffalo (MRWB). Ces ententes ont pour but de faciliter une relation plus étroite entre Suncor et chaque communauté autochtone.

Les détails de ces ententes à long terme sont confidentiels, mais celles-ci s'étendent généralement sur plusieurs décennies, mettent en lumière des questions environnementales et réglementaires, y compris la façon dont les activités de Suncor touchent les droits traditionnels et culturels d'une communauté, et fournissent des directives quant aux occasions d'affaires et aux questions d'emploi et de formation.

Les comités de travail, constitués de représentants de Suncor et de la communauté, exécutent les activités quotidiennes et s'assurent que les ententes sont mises en œuvre avec succès.

Communautés

En savoir plus sur les communautés avec lesquelles nous avons conclu des ententes de partenariats et des ententes à long terme.

Première Nation Athabasca Chipewyan

Visitez leur site web
Christina Lake dans la communauté de l'Association locale 193 des Métis de Conklin

Logo de l’association locale 193 des Métis de Conklin

Association locale 193 des Métis de Conklin

L'Association locale 193 des Métis de Conklin, autrefois connue sous le nom de Nakewin — un mot signifiant « halte » en cri, est un village rural nordique situé dans la municipalité régionale de Wood Buffalo. La communauté, située à environ 155 kilomètres au sud-est de Fort McMurray, est composée surtout de Métis. Les descendants des familles fondatrices, que l'on retrouve dès la fin des années 1700, sont demeurés à proximité de Conklin.

Le principal point d'intérêt de la communauté est le lac Christina, un lac reconnu pour la pêche de prises importantes qui est au centre de la vie des Métis de Conklin depuis des générations. Aujourd'hui, les plans d'eau et leurs affluents avoisinants demeurent des secteurs importants et sont très significatifs pour les habitants de Conklin.

Moose Lake dans la Première Nation de Fort McKay

Logo de la Première Nation de Fort McKay

Première nation Fort McKay

La Première Nation de Fort McKay compte près de 900 membres, et environ la moitié d'entre eux vivent sur la réserve de la communauté de Fort McKay située à 60 kilomètres au nord de Fort McMurray, au large de la rivière Athabasca. Les membres de la Nation sont cris et dénés.

La Nation est gouvernée par un chef et un conseil élus, tandis que les activités administratives et d'exploitation, y compris les programmes et services, sont gérées par un chef de la direction.

En plus de la communauté de Fort McKay, la Première Nation de Fort McKay comprend les réserves 174A au lac Gardiner (Moose) et 174B au lac Namur (Buffalo), à environ 65 kilomètres au nord-ouest de Fort McKay.

Le lac Moose est le territoire traditionnel de ce qui est aujourd'hui la Première Nation de Fort McKay. Après avoir entendu les histoires de négligence et d'abus des familles d'enfants autochtones envoyés aux pensionnats, les familles cries et dénées ont convaincu l'agent des Indiens de construire une école de jour au poste de traite des fourrures de Fort McKay. Les familles sont ensuite parties du lac Moose pour former une communauté qui permettrait à leurs enfants de rentrer à la maison chaque soir. Même si ce compromis permettait aux enfants de rester à la maison, cette relocalisation ne s'est pas produite sans pertes personnelles et culturelles. À ce stade, certains enfants avaient déjà été envoyés aux pensionnats, alors que d'autres qui sont allés vivre plus tard à Fort McKay ont été envoyés aux pensionnats. Certains ne sont jamais rentrés à la maison.

Le lac Moose est une région importante sur le plan culturel pour la Première Nation de Fort McKay. Cette dernière a travaillé avec plusieurs gouvernements pendant deux décennies pour élaborer un plan de gestion de l'accès au lac Moose, une étape importante vers la protection du lac Moose et des droits issus de traités aux termes de l’article 35 de la Nation, affirmés et reconnus par la Constitution. Ce plan a été approuvé en février 2021.

La Première Nation de Fort McKay est signataire du Traité n° 8, et sa mission est de revendiquer les droits du Traité, revitaliser la culture et la langue, faire la promotion de l'éducation, bâtir la capacité économique et soutenir le mieux-être pour créer des occasions de favoriser la santé de la Nation et un avenir durable pour celle-ci.

Créatrice de relations, la Première Nation de Fort McKay adopte une approche équilibrée pour le développement des ressources. Les revenus générés par les ententes avantageuses avec des exploitants des sables bitumineux et des entreprises appartenant aux Premières Nations (établies en 1986) sont réinvestis dans la communauté par l'entremise d'infrastructures, de programmes et de services qui profitent à tous les membres. En axant ses efforts sur la diversification commerciale, la Première Nation de Fort McKay travaille à concrétiser sa vision : une Nation saine et souveraine qui connait du succès sur le plan de la culture, de l'éducation, des emplois et de l'économie.

Celebrations at Fort McMurray 468 First Nation

Logo de la Première Nation 468 de Fort McMurray

Première Nation 468 de Fort McMurray

La Première Nation 468 de Fort McMurray (FMFN468) est une bande crie située à moins de 40 kilomètres de Fort McMurray, en Alberta. Les membres de la FMFN468 peuvent retracer leurs ancêtres au peuple des forêts, aux Cris-des-Plaines, au peuple Chipewyan et au peuple de Beaver de l'Alberta.

La nation a signé l'adhésion au Traité n° 8 en 1899 et faisait partie de la même bande que la Première Nation de Fort McKay jusqu'à leur séparation en 1942. La FMFN468 est aussi membre du Conseil tribal d’Athabasca (CTA), qui représente cinq Premières Nations dans le nord-est de l'Alberta.

La FMFN468 est composée de quatre réserves :

  • Clearwater 175 est une réserve non peuplée située sur la rivière Clearwater River à 11 kilomètres au sud-est de Fort McMurray.
  • Gregoire Lake 176, située à environ 38 kilomètres au sud-est de Fort McMurray, est la plus grande des quatre réserves et la plus peuplée avec 191 résidents en date de 2016.
  • La communauté de Gregoire Lake 176A comptait 130 résidents en 2016, mais aucun en 2011.
  • Il n'y a aucun résident dans la communauté Gregoire Lake 176B.
Objets traditionnels de l'Association locale 1935 des Métis de Fort McMurray

Logo du conseil local 1935 des Métis de Fort McMurray

Association locale 1935 des Métis de Fort McMurray

L'Association locale 1935 des Métis de Fort McMurray (Métis de Fort McMurray), fondée en 1987, est régie par les règlements administratifs de la nation métisse de l'Alberta et dirigée par un conseil d'élus locaux.

L'Association des Métis de Fort McMurray est tenue de rendre des comptes à ses membres avec un mandat de favoriser l'avancement des personnes métisses de Fort McMurray et du nord-est de l'Alberta. Pour réaliser cet objectif, il faut assurer de manière soutenue la promotion, la poursuite et la défense de la constitution et des autres droits des autochtones. Cela se manifeste par un engagement avec le gouvernement, les agences de réglementation, les organisations connexes et les tribunaux, lorsque nécessaire.

Les Métis sont l'un des peuples autochtones reconnus du Canada, aux termes de l'article 35(2) de la Loi constitutionnelle de 1982.

Communauté autochtone de la Première Nation crie Mikisew

Logo de la Première Nation crie Mikisew

Première Nation crie Mikisew

La Première Nation crie Mikisew (PNCM) est une communauté autochtone située à Fort Chipewyan, en Alberta, à environ 220 kilomètres au nord de Fort McMurray et 590 kilomètres au nord d'Edmonton. La PNCM est signataire du Traité n° 8. Le territoire traditionnel de la PNCM s'étend dans le nord de l'Alberta jusqu’aux Territoires du Nord-Ouest. La majorité du territoire de la PNCM est située dans une région fortement industrialisée – tout particulièrement avec la mise en valeur des sables bitumineux dans la région du cours inférieur de l’Athabasca.

Les terres et les droits de la PNCM sont liés au delta des rivières de la Paix et Athabasca et des eaux environnantes. Le cœur du territoire traditionnel de la PNCM est le delta des rivières de la Paix et Athabasca, qui est un site protégé par l'UNESCO situé partiellement dans le parc national de Wood Buffalo, ainsi que le réseau de la rivière Athabasca, qui est l'épicentre de la région des sables bitumineux de l'Alberta. La PNCM a des droits ancestraux et issus de traités qui sont protégés par la Constitution en vertu de l'article 35 de la Loi constitutionnelle de 1982. La PNCM a le droit d'exercer ses droits prévus à l'article 35 dans tout le secteur visé par le Traité n° 8.

Willow Lake dans la Nation métisse de Willow Lake

Logo de la nation métisse de Willow Lake

Nation métisse de Willow Lake

La Nation métisse de Willow Lake (WLMN) est une communauté métisse dont la plupart des membres résident dans la communauté d'Anzac, en Alberta. L'histoire de la WLMN est liée au commerce des fourrures en Alberta ainsi qu’à l'évolution du contexte politique et économique pendant et après la période du commerce des fourrures.

La communauté historique du lac Willow était située près des routes de voyage et de commerce qui reliaient Fort McMurray et le lac Willow au lac La Loche vers l'est, à Fort Chipewyan vers le nord et au lac La Biche vers le sud. Les Métis du lac Willow, qui vivaient sur les terres situées entre ces différents endroits, en ont tiré leur subsistance pendant la plus grande partie de la fin de la période du commerce des fourrures. Les membres de la WLMN continuent d'utiliser ces terres pour faire valoir leurs droits ancestraux, préserver leur culture et leur identité en tant que Métis, soutenir leur communauté et transmettre leur savoir et leur mode de vie à leurs descendants. Les principales familles métisses dans la communauté WLMN sont notamment les familles Bourque, Cardinal, Huppie, Lavallee, McKenzie, Quintal et Whitford.

Selon les souvenirs et la tradition orale, les familles du lac Willow proviennent des environs du lac Willow, de Cheecham et de Fort McMurray. L'histoire des membres et de leurs ancêtres remonte à au moins deux cents ans. Au cours des années 1920, des ancêtres de certaines familles actuelles du lac Willow se sont installés dans la région pour trapper et travailler sur le chemin de fer. Lawrence et Pete Whitford sont arrivés dans la région au cours des années 1920; George Lavallee, du lac La Biche, s'est installé dans la région en compagnie de membres de la famille Bourque pour travailler sur le chemin de fer au cours des années 1950, pour s'installer ensuite à Anzac au cours des années 1960.

L'histoire personnelle de plusieurs membres actuels de la WLMN témoigne de l'histoire du nord de l'Alberta (notamment des régions du lac La Biche et de Fort McMurray) et de la culture métisse et de son lien à la terre. Les pratiques culturelles qui caractérisaient les communautés métisses dans le nord-est de l'Alberta avant la prise de contrôle des Européens comprenaient notamment vivre de la terre en chassant, en trappant, en pêchant et en cueillant des plantes. Les membres des communautés complétaient leur subsistance à l’aide d’un travail rémunéré à des degrés divers.

Plusieurs membres actuels de la WLMN ont appris des techniques de récolte auprès de leurs parents et de leurs grands-parents, qui étaient très expérimentés pour chasser, trapper, pêcher et cueillir des plantes. Ces pratiques culturelles dans les zones de trappage continuent d'être enseignées dans les familles depuis plusieurs générations. Les membres de la WLMN possèdent aussi de précieuses pratiques traditionnelles qui continuent de caractériser la communauté, dont le partage de nourriture et du travail, le soin des aînés et les rassemblements pour fêter et danser et raconter les histoires. Ces pratiques culturelles traditionnelles continuent de les unir en tant que communauté métisse d'aujourd'hui.

La communauté de WLMN est reliée aux autres grâce à la parentalité, aux intérêts économiques et aux liens politiques avec les Premières Nations et les communautés métisses voisines dans le nord-est de l'Alberta.